Archive for November 2008

North Seymour

November 30, 2008

Réveil tôt ce matin pour aller de Baltra à Seymour. On a croisée des dauphins et des baleines. Quelle belle façon de commencer la journée. Première partie de l’excursion, arrivés à Seymour et de faire un tour de panga pour spotter les phoques. Nous avons réussi à en voir une douzaine. C’est qu’ici aux Galapagos, les phoques sont rares, contrairement à la population très importante d’otaries.

Sur l’ile c’est très impressionnant. Il y a des bébés fous à pattes bleues, des grandes frégates et leurs bébés, et des tonnes d’autres oiseaux. Ils sont tellement prêts des sentiers que nous pouvons presque leur toucher. Les bébés sont tout duveteux et souvent presque plus gros que leurs parents.

Juste au moment de quitter, a bébé otarie s’amuse sur les marches sur les roches juste à côté. Il a toute l’attention, plus de nous que de sa mère. C’est fou, comme ils sont mignons.

De retour au bateau vers 8 h00 pour le p’tit déj et et nous quittons vers l’aéroport pour reconduire Chad et Simon, deux membres de notre groupe. Le reste de la gang reste à bord, mais j’en profite pour aller avec eux car je pourrai accéder à l’internet et demander à Nathalie de me trouver un chargeur pour ma Nikon D70. Je fais aussi le plein de crème solaire, car ici les UV sont à leur plus fort.

Nous accueillons deux nouvelles personnes à bord qui se joindront à nous pour le reste du voyage. Cet après-midi nous allons en panga à Black Turtle Cove.  C’était un peu comme dans Indiana Jones avec nos guides qui utilisaient de grands bâtons pour diriger les pangas à travers les mangroves. Le silence était de mise. Nous avons vu plusieurs tortues, et même deux en pleins ébats.

Jour 5: Iles Plazas et Santa Fe

November 29, 2008

bog29

Au lever ce matin nous sommes devant l’ile de Plaza Sur. C’est un dry landing et nous n’avons donc pas besoin de nous mettre les pieds a l’eau. Plusieurs groupes y sont deja, mais les guides des differents bateaux se coordonnent pour ne pas tous arrives en meme temps. Encore plus important, ne pas etre la en meme temps que la Polaris du National Geographic, car une meute de pres de 100 personnes debarquent sur l’ile en peu de temps. Tout un comite d’accueil a l’arrivee car une colonie d’otaries nous attendent, des centaines de crabes Sally Lightfoot et un groupe d’iguane terrestre juste a deux pas de là. C’est la periode ou les iguanes se font la cour. Les males sont tres colores et d’une belle couleur jaune moutarde. Les femelles sont un peu moins colorees comme chez les autres animaux. En general, c’est seulement chez les humains que les femmes sont plus colorees que les hommes. On fait rien comme les autres…

Quelle belle surprise, nous reussissons a voir une iguane terrestre hybride. Elle est noir et blanche et est sterile, comme les mulets. La couleur de la vegetation sur cette ile fait un peu penser aux couleurs de l’automne au Quebec, c’est un tapis de sol qui passe du jaune au rouge et qui contraste beaucoup avec les cactus environnants. La vue du haut de la falaise est impressionnante et nous pouvons voir au loin un volcan, des oiseaux marins en quantite industrielle et un groupe de loosers a l’autre bout de l’ile qui se prelasse au soleil. Ils sont en bonne compagnie car plusieurs iguanes sont aussi de la partie. Tout ce beau monde est presqu’immobile, donc il est tres facile de prendre des photos. La chaleur est accablante, donc j’imagine que ça diminue aussi leurs ardeurs.

On se dirige juste avant le lunch vers Sante Fe, ou on espere pouvoir nager avec les otaries et les tortues de mer. Le trajet prend 2h30 et une fois a l’ancre nous manger un peu. La premiere etape est d’explorer l’ile un peu de voir une nouvelle variete de cactus qu’on ne retrouve que sur cette ile. Ensuite, nous allons faire un peu de snorkeling en prenant soin de se tenir loin du male dominant. Trois personnes du groupe ont eu un peu peur, car un otarie s’est mis a tournoyer autour d’eux. Il ne voulait que jouer, mais ils ont cru pour un moment que c’etait le male dominant. La mer est agitee et la visibilite moyenne sur le bord des rochers.

Toutefois, pour la deuxieme partie de la session, nous allons a la recherche de tortue de mer. Bonheur! on en trouve et je nage avec une tortue pendant une bonne demi-heure, juste elle et moi. C’est magique! Je la filme sous l’eau, la regarde se deplacer gracieusement. C’est fou que sous l’eau elle soit toute en fluidite et que sur terre, on a l’impression qu’elles peines a bouger.

Depart pour Baltra en fin d’apres-midi. Ce soir apres le souper, le ciel est comme un dome etoile. C’est incroyable de voir toutes ses etoiles. Puis, apres avoir decouvert quelques requins autour du bateau, une partie du groupe est alle chercher leur flashlight ou frontales pour illuminer l’eau et observer les requins courir apres les poissons. Il y a aussi quelques otaries qui profitent aussi du fait que les poissons sont plus visibles et deux tortues qui poursuivent leur route et des serpents de mer. Ça nous a bien amuse pendant plus d’une heure a spotter les requins Galapagos. C’est le dernier soir de Simon et Chad qui retournent demain a Quito. Le groupe est triste car ce sont deux joyeux lurons qui mettent beaucoup d’ambiance sur le bateau. Demain, nous accueillerons deux nouvelles personnes qui prendront leur place et moi j’en profiterai pour aller a l’aeroport de Baltra pour pouvoir utiliser l’internet. Avec le chargeur de ma Nikon qui ne fonctionne pas, je suis tres tres limitee pour faire de la belle photo. Je vais donc demander a Nathalie qui vient me rejoindre de m’en trouver un a Montreal avant son arrivee. J’aurai donc de nouveau acces a ma camera a partir du 6 decembre.

Bonne nuit aux pays de milles et un otaries!

Jour 4: Sullivan Bay et Bartolome

November 28, 2008

On commence la journee par un tour en panga (dinghie) pour voir les pingouins, les fous de bassan et les otaries. On voit quelques petits pingouins qui nous observe de loin et quelques otaries qui nous regarde du coin de l’oeil. la cote de Bartolome est escarpee et plusieurs especes y nichent a l’abri du vent.

Direction Sullivan Bay ou nous longeons encore la cote pour trouver d’autres pingouins et d’autres “boobies”. Ils sont tellement droles avec leurs pattes bleues. Nous debarquons sur la plage et nous chaussons nos souliers car nous allons marcher sur la lave solidifiee du volcan qui est entree en eruption la derniere fois il y a 300 ans. C’est vraiment trippant de voir les motifs que la lave fait en sechant. Des fois ca ressemble a des cordes et d’autres fois c’est comme des bullets qui ont eclate dans une soupe de sorciere! tres peu d’espece survivent sur ses roches de lave. Seul le petit lava lizard se retrouve en abondance.

Il fait une chaleur torride et le noir de la lave concentre les rayons du soleil, alors on a l’impression de cuire. Snorkeling bien merite lorsque l’on retourne a la plage. Un pingouin nage devant moi et disparait, mais des tonnes de poissons de toutes les couleurs se tiennent le long de la cote, ainsi que des centaines de crabes bleus et rouges.  Quelques photos sous l’eau et puis on retourne sur le bateau pour le lunch.

Cet apres-midi, nous irons sur Bartolome voir les tortues de mer et les requins et nous ferons un peu de snorkeling. Le cote ou les requins et les tortues se trouvent est tres venteux et les vagues tres grosses. Plusieurs tortues se font brasser par le vagues et il faut faire attention pour ne pas marcher dans la zone ou elles peuvent avoir pondu leurs oeufs. Le retour vers la mer pour les tortues est laborieux, mais elles finissent pas y arriver avec beaucoup de patience. Sur la plage il y a aussi quelques otaries, dont un en plein milieu de la trail qui se laisse photographier sans broncher, mais qui en a marre apres un bout de se sentir observe.

Le snorkeling est pas sur cette il et on voit plusieurs sortes de poisson, des raies, des etoiles de mer et des tortues.

Retour sur le bateau a 16h00 pour se changer et nous allons au sommet de Bartolome pour le coucher de soleil. C’est comme un paysage lunaire. Aucune vegetation, plusieurs petits crateres, de la cendre de volcan, 382 marches et une vue incroyable sur les autres iles du sommet. C’est le lieu ideal pour une photo de groupe. La descente s’avere encore plus spectaculaire car les couleurs changent chaque minute et on se peut plus. On prend des photos toutes les minutes… On court finalement vers le panga pour retourner au bateau. Il faut quitter le parc au plus tard a 18h00 et il est 17h59…

Ce soir, nous voyagerons vers Plazas notre premiere destination de demain matin.

 

@ demain pour d’autres aventures.

Jour 3: partie I – Cerro Dragon

November 27, 2008

Reveil devant Cerro Dragon. Premiere visite des “vraies” Galapagos. C’est un “wet landing” ou un “semi-wet” parce que c’est mouille et trop glissant pour les souliers. Il faut comprendre que seulement 3 des iles des Galapagos ont des villes et des installation “humaines” le reste, soit 97% du territoire est sauvage. Meme pas de “porta-let” pour les p’tits pipis! Il faut donc surveiller sa consommation d’eau… Nous arrivons sur des rochers et notre comite d’accueil est compose de “blue footed boobies” (desolee, je n’ai que les noms anglais des animaux rencontres sur notre passage), que je crois s’appelle des fous de bassan a pattes bleues. On dirait qu’elle portent des palmes de plongee couleur bleu piscine.

dsc_1825

Premiere constatation, les animaux des Galapagos n’ont pas peur des humains et nous regardent meme avec curiosite. Ils restent la sans brancher a nous regarder. Ensuite, nous avons droit aux “troupeaux” de crabe couleur rouge pompier et bleu piscine, qu’on appelle les Sally Lightfoot crabs. Le paysage devant nous est aride et on se croirait sur une autre planete. Nous faisons ensuite connaissance avec les iguanes marines qui sont des couleurs noires et grises sur la plupart des iles. Chaque fois que nous tournons la tete nous avons l’impression de decouvrir quelque chose de nouveau. Notre guide Wilo, nous donne beaucoup d’informations sur les iles, la nature, les animaux, l’histoire. C’est tres interessant et on pourrait rester a l’ecouter pendant des heures. Nous avons l’air d’une armee de petits soldats, mais nous ne sommes armes que de cameras. C’est le festival de la “declenche rapide”, click, click, click. Les Galapagos sont sans aucun doute le paradis pour les photographes animaliers et ceux qui adorent la nature! Chaque sujet est photogenique et on a l’impression que les animaux “posent” pour nous.

On voit nos premiere iguanes de terre. Elles sont jaunes moutarde. Nous sommes chanceux car les autres groupes n’en ont pas vu! La chance est avec nous!

dsc_1833

Retour sur le bateau pour le lunch. Nos yeux sont emplis de bonheur et d’emerveillement. Cet endroit est magique! et un des derniers a avoir ete rendu accessible aux touristes.

Photos a venir sous peu. Soyez patients! 😉

Jour 3: partie II – Rabida

November 27, 2008

Apres Cerro Dragon, nous retournons sur le bateau et nous dirigeons vers l’ile de Rabida. Nous mangeons a l’ancre et nous partons ensuite faire un tour de l’ile ou nous sommes accueillis par un groupe d’otaries se prelassant sur la plage. Dans les groupes, il n’y a qu’un seul male dominant qui protege les femelles et les petits. Il patrouille la plage et il est tout sauf sympathique. Il faut donc eviter les interactions avec lui, et s’assurer de ne jamais s’interposer entre lui et sa troupe. Les autres males sont ce qu’on appelle les “losers”. Ils doivent se tenir loin du groupe et essaie regulierement de challenger le male dominant. Comme le “poste” de male dominant est tres demandant, il s’epuise et generalement apres quelques mois, un autre gagne le combat et prend sa place. Il pourra donc reprendre ses forces et repostuler pour devenir a nouveau le male dominant. Il est facile a reconnaitre parce qu’il est enorme. On dirait Popeye sur les steroides! Sur l’Ile de Rabida, les losers et les males juveniles font la farniente sur le bord du lagon et se battent pour les places a l’ombre sous les mangroves.

img_0540v2

Sur toutes les iles nous devons nous conformer aux reglements, soit de toujours marcher dans les sentiers et de ne pas interferer avec la nature environnante. Nous n’avons pas droit de prendre de photos des animaux avec les flash. C’est vraiment exceptionnel de voir cette faune si accueillante qui ne semble pas du tout derangee de nous voir la. Ils posent presque pour nous. Bien entendu, il ne faut pas toucher a aucun animal, car par exemple dans le cas des bebes phoques si mignons, leur mere pourrait les abandonner car elle ne reconnaitrait plus leur odeur.  La vue du haut de la trail a Rabida est exceptionnelle. Il y a beaucoup de cactus et comme c’est la saison seche, c’est tout ce qui survit au climat aride, oups, et les mangroves aussi, car ils ont les racines dans l’eau.

Apres notre marche, nous faisons du snorkeling a partir de la plage. La visibilite est mauvaise, mais c’est drolement rafraichissant. A l’occasion un otarie curieux vient nager parmi nous. Sur la plage ils sont partout et c’est tres cute de voir les petits crier pour trouver leur mere car ils ont faim. Lorsqu’ils tetent avec ardeur on peut entendre le bruit de succion. Il y a un nouveau-ne sur la plage dont la maman est partie pecher. On a tous eu peur qu’il ait ete abandonne. Il n’est pas plus gros qu’un chiot. Bon, un chiot comme etait les miens, soit environ une dizaine de livres.

Retour sur le bateau a 16h00 et depart pour notre prochaine destination: Bartolome. Nous y ancrerons ce soir. Vers 17h00, nous sommes sur le pont superieur et nous sommes entoures par la fregates. Chad, un des voyageurs est obsede par cet oiseau et prend des centaines de photos sous tous les angles. Il faut dire que les fregates sont impressionnant et avec leur poche rouge sur le poitrail, ils sont tres beaux. On les appelle les vautours des mers. A 17h30 on nous promet une surprise et on nous demande d’etre sur le deck avec nous cameras. La Rocas Bainbridge est un cratere de volcan qui abrite maintenant un lagon et on aurait du y voir des flamands roses. Pas de chance! ils doivent etre partis sur une autre ile, car il n’y en a aucun.

Souper sur le bateau a bien manger et boire des caipariñas. Briefing a 20h00 et lecture dans ma cabine. Demain, on va explorer Sullivan Bay et Bartolome.

Jour 2: Quito – Puerto Ayora (Galapagos)

November 26, 2008

Ma montre sonne le reveil a 5h30, j’organise mes choses et Caroline qui partage ma chambre ronfle comme un camion… une chance que j’etais fatiguee hier soir. Son cadran sonne et elle dort tellement fort qu’elle ne se reveille pas. Je decide donc de la “shaker” un peu pour qu’elle ne passe pas tout droit.

P’tit dej a 6h00 et on quitte l’hotel a 6h30. Je fais la connaissance des autres qui seront du voyage dans le lobby de l’hotel. Ils ont tous l’air sympa. Comme j’ai manque le briefing hier soir car je suis arrivee trop tard, j’ai droit a la version 2 minutes de ce que je dois savoir.

A l’aeroport ils sont wifi, je peux donc updater mon status Facebook de mon iPod Touch. Cool! On prend le vol pour Guayaquil parce que d’autres passagers embarqueront pour les Galapagos a partir de la-bas. Je voyage avec Aerogal. Dommage! car Nat, elle sera sur Tame quand elle arrivera.

Je fais la connaissance d’un couple de retraite du sud de la France et on jase tout le long du vol. Ils ont aussi un voyage sur un bateau dans les Galapagos. Une guide qu’ils ont rencontre lors d’un voyage avec Nouvelles Frontieres en Afrique leur a organise un circuit pendant ses vacances. Ils sont donc une bande de joyeux lurons a la retraite qui profite vraiment de la vie. On risque de se recroiser sur les iles. Jean-Pierre et sa femme viennent de Sept et je les invite a me contacter s’ils passent pas le Quebec.

Arrives a l’aeroport, nos bagages sont inspectes. C’est qu’on ne rigole pas aux Galapagos ave ce qui pourrait contaminer le pays: graines de plantes, fruits, legumes, bouffe, etc. Apres avoir paye notre 100$ de droit d’entree pour le Parc national des Galapagos (ce montant passera a 200$ en 2009) et un carte de 10$ pour je ne sais quoi, nous attendons patiemment nos bagages.

La plupart des gens qui etaient sur l’avion sont sur un autre bateau de Gap, un moins luxueux! 😉 Une fois les bagages recuperes nous sommes accueillis par un rep de Gap et nous prenons le bus, le traversier et un autre bus pour Puerto Ayora. 1h15 plus tard, nous arrivons a Puerto Ayora, la ville principale et presque la seule des Galapagos. L’equipage du bateau nous attend, ainsi que 10 autres passagers qui sont arrives avant nous. Joanne et Tarn de Kamloops se sont maries sur la plage de Tortuga Bay il y a 2 jours et presque tous ceux qui etaient presents au mariage sont de la partie pour la croisiere.

Apres un lunch a bord et avoir defait nos bagages, nous visitons le Centre Darwin qui heberge des tortues geantes. C’est tres impressionnant! On a rencontre Lonesome Georges, un male de 150 ans, le seul de son espece encore vivant. Il vient de l’ile de Pinta et n’a pas de descendance. Les naturalistes lui ont trouve deux jeunes femelles d’une cinquante d’annees pour essayer d’assurer une lignee de petit Georges, mais pour l’instant c’est pas concluant.

dsc_1791

Apres la visite au centre, nous avons du temps libre pour visiter la ville… et dans notre cas comme il fait une chaleur accablante… pour ensuite s’installer pour siroter une bonne Cerveza!

Ce soir, le bateau quittera le bord a 1h00 du matin pour se diriger vers Cerra Dragon sur l’ile de Santa Cruz, la meme ou nous sommes aujourd’hui. Au reveil, nous serons dans un nouveau monde…

Petit bonheur du jour: j’ai ma propre cabine avec deux lits, une douche et une toilette. Le bonheur et plus d’intimite!

Jour 1: Montreal – Quito

November 25, 2008

Ce matin, c’est le depart pour mes aventures aux Galapagos. Le voyage commence bien, merci a Jimmy et Luka pour le lift a l’aeroport. Premiere mission accomplie, j’ai reussi a ne pas avoir a checker mes bagages! J’avais une peur bleue qu’un des sacs ne suivent pas et j’ai un horaire serre car demain matin a la premiere heure je m’envolerai pour les Galapagos a partir de Quito.

J’ai rencontre Suzanne (de Tourisme Quebec) et Helene qui elles sont en route vers l’Argentine. Le temps passe plus vite quand on a quelqu’un avec qui jaser et c’est rigolo car elles ont soupe avec Pierre Bellerose et Michelle hier soir. Le monde est petit!

Premiere partie du voyage, Montreal-Miami, dans le meme vol que Suzanne et Helene. Ensuite, j’ai une heure pour me rendre a ma porte de depart. Le vol Miami-Quito est tres different. Je suis assise a cote d’une ecuadorienne vivant a Berlin et qui voyage seule avec un bebe de 5 mois et un petit garçon de 3 ans qui est malade. Elle parle que l’espagnol. Ouf! je suis rouillee et je balbutie les mots que je connais. En bonne samaritaine je lui offre de prendre sa petite de 5 mois dans mes bras pour qu’elle se repose car elle n’a pas dormi depuis plus de 20 heures et avec le decalage horaire et les deux bebes c’est pas evident.

Je fais donc le voyage au complet avec Lea, un bebe de 5 mois qui me dort dans les bras. Les agents de bord pensaient que j’etais la mere et ont ete tres surpris d’apprendre que je n’etais meme pas parente avec elle. Ils ont meme garde mon repas au chaud pour ne pas que j’ai a reveiller la petite. J’ai donc eu 15 minutes de break quand Lea a eu faim et que sa maman l’a allaite.

Arrivee a Quito, le rep de Gap doit venir me chercher, mais il attend pour les passagers de Houston qui sont arrives avant moi. Ils ont perdu 1 ou 2 de leurs valises! aha! j’avais bien raison de ne pas enregistrer de bagages!!!!! Ils doient les attendre et me met dans un taxi qui viendra me reconduire a l’hotel, car apres 30 minutes, toujours pas de nouvelles de valises! Il donne discretement de l’argent au chauffeur, soit 7$ car il lui dit en espagnol qu’il doit etre discret. C’est ok, en payant pour avoir un transfert de l’aeroport, j’achetais surtout la paix d’esprit pour une arrivee sans probleme le soir tard dans une ville un peu tough.

20 minutes et puis on arrive a l’hotel. Le personnel du Rios Amazonas est tres convivial et accueillant. On m’amene a ma chambre que je partagerai avec Caroline, qui fait partie de notre croisiere. Elle est deja couchee. Depart a 6h30 pour l’aeroport demain matin.

Hasta la vista!